L’ÉVEIL DE YOLE
Disponible à partir du 12 mars 2019
 
1.
 
C'est le grand retour ! Celui qu'on ne fait qu'une fois dans sa vie, après un départ enthousiasmant et essentiel, mais qui se révèle un jour effroyable et désastreux. Brisé le temps qui a frôlé l'éternité, effacé le rêve de vieillir ensemble. Pourtant, s'imaginant indestructibles, Pierre et elle ont atteint la félicité au cœur des forêts canadiennes. Mais la mort a frappé, arrachant l'être qui guidait son existence à Zoé, en lui laissant le chagrin pour insupportable compagnon. Son seul attachement, ce couple d'adolescents qui revient avec elle. Et surtout l'immense espoir de combattre ce mal qui ronge sa fille.
Yole et Chogan se trouvent de l'autre côté de l'allée, dans l'axe de son regard. En silence, si proches et pourtant si distants, suivant les pistes de leurs pensées enchevêtrées, tandis que l'avion survole les nuages. Par instants, entre deux déchirures, elle aperçoit les multiples lacs qui, vus du ciel, font penser à de la dentelle. Mais bientôt, l'océan remplace l'île d'Halifax. Elle prend conscience à ce moment-là qu'ils ont bien quitté le Québec.
Sa fille a hérité de son père les traits slaves, les pommettes hautes, les yeux vert d'eau enfoncés dans les orbites, les sourcils noirs. Et, en grandissant, la mèche indisciplinée qui lui tombe sur le front ainsi que sa silhouette longiligne et élancée. Par contre, Zoé ignore toujours par quel hasard elle a été dotée d'une chevelure aussi blonde que Pierre était brun, d'autant que les siens sont noirs de jais. Les mystères de la génétique lui sont bien étrangers. Mais ce point n'est qu'un détail. Elle a beaucoup plus préoccupant à gérer que le domaine de l'hérédité dès son arrivée à Paris ! Pourtant...
Des origines du syndrome dont souffre l’enfant, elle a le choix entre la version officielle ou de la sphère paranormale, qu'elle soupçonne grandement ! Car, si l'autisme a été décelé dès l'âge de trois ans chez la fillette, aidé en cela par le fait que Michaël, fils de Pierre issu d'un premier mariage, était atteint de cette maladie, Zoé n'y a jamais réellement cru malgré la persistance des médecins à soutenir ce diagnostic.
Sans doute les lueurs intermittentes et attentives dans le regard de Yole, qui hélas, se manifestent trop peu souvent, mais qui lui permettent de garder l'espoir d'une erreur de pronostic ou d'une guérison soudaine. Ou bien ce lien qu'elle a avec le husky ― qui se morfond dans la soute pendant le voyage ― avec lequel elle communique comme s'ils parlaient le même langage. Mais avant toute chose, cette connexion si puissante, presque surnaturelle, qu'elle entretient avec Chogan, cet indien mohawk que Pierre et elle ont adopté quand il était encore bébé. L'esprit animiste du jeune amérindien a une telle emprise sur elle !
L'âme de Yole s'intéresse parfois aux vivants, mais sa mère reste persuadée qu'elle est le plus souvent en contact avec celle des morts. Cette idée, elle la garde pour elle, comme elle l'a fait pendant toutes ces années passées avec Pierre. Car lui aussi soutenait les praticiens et n'avait jamais consenti à s'investir dans d'autres recherches. Il portait le poids de la culpabilité d'avoir transmis ses gènes à sa fille, et n'avait jamais pu s'en défaire malgré toutes les objections que sa femme pouvait lui apporter. Zoé reste convaincue que cet accident de voiture, fatal à Pierre, n'est qu'une conséquence de ce remords qui l'habitait, qu'elle a été impuissante à détourner. Las, cette vie avec l'homme qu'elle aimait est rompue, elle doit maintenant s'atteler à la cause profonde de son retour.
Une fois installée place des Vosges dans la maison familiale, elle présentera la jeune fille à tous les patriciens qui pourront confirmer ou non le diagnostic donné par leurs confrères de Montréal, même si elle pense qu'ils ont fait le tour du problème de manière très éclairée. Mais elle cherchera autre chose, car au plus profond d'elle-même, elle soupçonne que la solution est ailleurs, non pas dans cette maladie si glaçante et si désespérante que l'autisme, mais dans ce domaine des esprits dont elle croyait être à tout jamais délivrée, qui l'a rattrapée par la naissance de Yole.
Zoé s'est endormie quelques instants dès le départ du Québec d'un sommeil profond. Comme si elle voulait échapper à son nouveau destin. Ou bien vider son âme du trop-plein du temps révolu. Mais, maintenant qu'elle est éveillée, tous les souvenirs affluent comme une horde de chevaux sauvages qui dévaste tout sur son passage. Pourtant, une fois la décision prise de rentrer sur le vieux continent, elle a réussi à les maintenir à distance, ces monstres enfouis au creux de son cœur.
Ceux, récents, de la mort de Pierre. Les plus violents, les plus âpres à revenir la tourmenter. Les plus ravageurs aussi. Comment revivre ces instants où la Police québécoise s’est transportée pour l'informer de l'accident un beau soir du début de l'automne ? Elle l'attendait tranquillement sur les rives du lac alors qu'il travaillait à St-Alexis-des-Monts. Le flamboiement des érables au feuillage roussi, illuminés par l'été indien, charmait son regard. Toute la forêt brasillait, ocre, rouge et or. Jusqu'à ce que la petite tache noire de l'hydravion qui survolait les eaux calmes ― qu'elle assimila d’instinct à un oiseau de mauvais augure ― visite incongrue en cette fin de journée, vienne rompre l'enchantement du spectacle.
Alors que son cerveau engrangeait malgré lui les informations, son esprit, lui, partait ailleurs, dans les limbes glacés d'un territoire inconnu. Hors d'atteinte de la consolation, il erra longtemps, dans une grande confusion de cauchemars tandis que son corps, se survivant, faisait face à ses obligations.
Les moments qui suivirent, les paroles qui furent dites, elle ne s'en souvient plus. Il lui reste juste de ces instants-là, le sentiment de dériver aux confins de la déraison et du non-sens.
La seule chose précise dont elle est consciente, c'est d'avoir décidé à ce moment-là de revenir définitivement en France. Pourtant, elle aurait aimé passer sa vie au même endroit, à regarder couler les jours. Mais, plutôt que s'abimer dans les lamentations, son esprit combatif lui souffla qu'une autre existence était possible et qu'il lui appartenait de la prendre en main. Que de là où il se trouvait maintenant, Pierre ne pouvait que l'approuver !
Ses pensées sont interrompues soudain par l'hôtesse de l'air lui présentant un plateau-repas. Les adolescents sont déjà en train de dîner, Yole mange du bout des lèvres comme d’habitude, Chogan avale la nourriture en bouchées énergiques, ce qui attire un sourire sur les lèvres de Zoé. Autant la jeune fille est de carnation claire, autant Chogan est le type parfait de l'amérindien. Le teint bistre, les pommettes hautes, des traits nets, une chevelure noire et raide qui lui tombe dans le cou qu'il attache le plus souvent en catogan, des yeux sombres pétillants de malice, un enjouement éclatant, une allure furtive et un pas si léger qu'elle ne l'entend jamais arriver. Le voir vivre est pour elle une joie intense. Vaguant sur une réalité indistincte, elle sait que, si une partie de sa mémoire et de son identité est restée à tout jamais bloquée dans les forêts profondes du Canada, une autre se livrera à elle, dans sa ville natale, grâce à ces deux êtres innocents.
L'hôtesse revient quelques instants plus tard, les débarrassant des plateaux encombrants. Puis elle leur propose de visionner un film, que Chogan accepte, Yole ignore la question, et qu'elle-mêle refuse, préférant la compagnie de ses pensées, ou mieux, le sommeil s'il daigne se représenter. L'éclairage ambré de l'avion vient d'être diminué, laissant une douce pénombre envahir l'habitacle, ponctuée par les petits écrans qui se sont abaissés. Jetant un coup d'oeil par le hublot, elle s'aperçoit que les nuages qu'ils survolaient tout à l'heure ont disparu, remplacés par l'Océan Atlantique qui s'imprègne d'un crépuscule violet. Une lune gibbeuse apparaît dans la lucarne de la carlingue, annonçant la froide palpitation de la nuit proche. Celle-ci se cristallisera d’ici peu autour de l'Airbus 721 qui ne sera bientôt plus qu'un reflet métallique glacial dans le ciel noir.
Son regard revient vers ses enfants. Quel bonheur d'avoir adopté Chogan ! Extraordinairement, il est né le même jour que Yole, issu d'un couple de chasseurs. Mais sa maman, qui avait tenu à accoucher dans leur cabane au fond des bois, n'a pas survécu. Zoé l'a très peu connue. Juste quelques rencontres lors des promenades en forêt. La jeune Indienne ne s'éloignait jamais de son habitation, et surtout parlait un sabir confus, mélange d'anglais, de canadien, et sans doute de la langue iroquoienne de ses anciens, l'agnier. La communication entre les deux femmes se faisait beaucoup plus par gestes que par la parole, même si Zoé avait fait de son mieux pour se frotter à la culture amérindienne. C'était des gens aimables qui ne mesuraient pas leur sympathie. Joe, le père, était un véritable ami de Pierre. Chasseur de castors, combien de fois l'a-t-il mené sur les traces de la faune canadienne ? Et dès qu'ils eurent l'âge, vers les trois ou quatre ans, entrainant avec eux les enfants dans leurs aventures d’hommes des bois.
Vivre au cœur de cette forêt gigantesque, omniprésente, majestueuse, parsemée de milliers de lacs et de rivières, abritant des centaines d'espèces animales a été, avec la compagnie des siens, un immense bonheur. Elle s'est nourrie pendant toutes ces dix-sept années là-bas de ces instants merveilleux volés à la nature, et au temps ! Pas une journée qui ne lui ait apporté quelque émotion nouvelle, quelque sensation rare, quelque divertissement imprévu avec les cerfs, les orignaux, les caribous, les ours, les loups et bien sûr les castors, ces petites bêtes si discrètes et industrieuses. Sans oublier évidemment les baleines qu'ils allaient admirer tous les ans dans l'estuaire du Saint-Laurent. Tour cela reste dans son souvenir, un tourbillon indiscipliné de couleurs, d'images et de fortes exaltations.
Adopter Chogan au décès de son père, emporté en quelques semaines par un cancer indécelable, avait été d'une limpidité et d'un bien-fondé si flagrants qu'aucun d'eux ne s'est posé la moindre question. Le petit n'avait pas de famille proche hormis ses parents. Si Pierre faisait des allers-retours réguliers à Paris pour visiter ses galeries de peinture, il gérait véritablement ses affaires de Saint-Alexis-des-Monts, à une cinquantaine de kilomètres de l'autre côté du lac. Il pouvait donc aider sa femme dans l'éducation du bambin.  
Zoé avait toujours refusé de l'accompagner en France, préférant demeurer au chalet avec les enfants. Si son pays lui manquait parfois, les évènements si terribles qu'elle y avait vécus ne l'incitaient guère à y retourner. Elle avait bien trop peur que les ombres du passé ne ressurgissent et ne l'entraînent dans des chemins qu'elle voulait oublier à tout jamais. D'autant qu'Alice, sa nourrice pour seule famille, était partie rejoindre les cieux, et que plus rien ni personne ne l'attendait là-bas. Cela avait été d'ailleurs l’unique occasion d'un retour, allant directement à Varengeville-sur-Mer à côté de Dieppe, en transitant juste par l'aéroport de Roissy. Toutefois, ses amis Jupiter et son frère Orion, le grand peintre Saint-Georges, sont venus régulièrement leur rendre visite au Québec et lui ont fait maintenir le lien avec la France.
Alex Richmond, beau-frère de Pierre, par contre, curieusement, n'a jamais répondu à leur invitation, prétextant à chaque fois des obligations qui le retenaient à Paris ou ailleurs dans le monde, car il n'a pas abandonné ses croisières en solitaire quand sa profession de psychiatre le lui permet. Il s'est d'ailleurs presque évaporé de sa souvenance, oubliant presque ses traits. Mais il faut dire qu'il est tellement lié à son passé que son esprit se barricade rien qu'au fait de l'évoquer. Elle a honte de ses craintes, mais le faire ressurgir des cryptes de sa mémoire la terrifie encore. Pourtant, si elle veut combattre le mal de Yole, il est sans doute le chaînon manquant qui lui permettra de résoudre le problème. Elle en sait quelque chose... ! Mais il sera bien temps de voir cela une fois sur place.
Par contre, revenir à Paris définitivement avec Chogan lui a posé un véritable cas de conscience. Comment arracher un adolescent à la terre de ses ancêtres ? Mais la mère adoptive et le fils ont appris à se deviner en si peu de mots... Dès que Chogan a compris que ce retour était pour le bien de Yole, il n'a eu de cesse de pousser Zoé à organiser le déménagement. Sans doute aussi la perspective de voyager et surtout de faire ses études à Paris n'est pas étrangère à cette indifférence qu'il a montré à quitter son milieu naturel. À seize ans, l'avenir est hors d'atteinte. Zoé s'est juré que de toute façon, s'il voulait revenir un jour au Canada, elle ne ferait rien pour l'en dissuader. Elle le lui a d'ailleurs bien expliqué et le garçon a donné toutes les preuves d'une parfaite compréhension. Mais elle sait que Chogan se dirige à l'instinct. Que s'il avait deviné quelque chose de néfaste pour lui, ou pour Yole, ou pour elle-même, il l'aurait dit en toute franchise ! Elle-même a toujours été très intuitive. Mais dans ce domaine, Chogan a des capacités qui la dépassent totalement. Elle lui fait donc totalement confiance, et s'appuie sur lui depuis la mort de Pierre, ne pouvant malheureusement pas compter sur la jeune fille quand elle a besoin d'un quelconque réconfort.
Son accouchement avait pourtant été une immense joie, une simple formalité, Pierre lui donnant une main protectrice et lui insufflant sa force dans les ultimes moments. Elle avait le souvenir d'une silhouette attentive, nette, penchée sur elle et souriante. Puis, une douleur fulgurante, un dernier effort, et le premier vagissement du nouveau-né que l'obstétricien avait a posé directement sur son ventre. Ils n'avaient pas souhaité connaître le sexe de l'enfant au préalable. Savoir à cet instant qu'il s'agissait d'une fille l'avait ravie autant que Pierre.
À cette époque, elle n'avait aucune expérience des tout-petits. Enfant unique, pas de famille à part son père, c'était à vrai dire le premier bébé qu'elle voyait de près, ne s'étant jamais intéressée à ceux des femmes qu'elle côtoyait avant son arrivée au Québec. Toute son énergie avait été canalisée dans sa profession, la peinture. C'était d'ailleurs plus le fruit du hasard qu'autre chose. Madame Moreau, la responsable de la salle d’exposition de Saint-André-des-Arts avait depuis longtemps passé l'âge de procréer, et les deux autres galeries étaient tenues par des hommes. Elle n'avait pas d'amie féminine, ses camarades de l'École des Beaux-Arts étaient perdues de vue depuis belle lurette quand elle avait rencontré Pierre à son bureau de la tour Montparnasse.
Ensuite, les évènements dramatiques qui l'avaient touchée ne l'avaient pas autorisée à s'intéresser à autre chose que de sortir de ce cauchemar. Devant ce petit bout de chair rose, elle s'était trouvée, comme aurait dit le père de Chogan, aussi niaiseuse qu'il était possible de l'être. Toute l'éducation d'un enfant était à découvrir, mais elle le fit avec enthousiasme et amour. Toutefois, son inexpérience en ce domaine ne lui avait pas permit de déceler une quelconque anomalie dans l'attitude de leur ange. Pourtant, le regard par instant soucieux de Pierre quand il tenait Yole dans ses bras, son manque d’élan quand elle lui parlait de leur avenir à tous les trois, sa façon d'être trop souvent pelleteux de nuages auraient dû l'alerter.
Se rendant parfois à la cabane de Joe, elle voyait bien que Chogan babillait déjà gaiement tandis que sa fille ne soufflait mot. Mais c'est tout de même ce mutisme qui l'interpella. Par contre, les deux bambins jouaient ensemble tout à fait normalement. Elle se dit que Yole souffrait d'un léger retard d'élocution et ne s'en inquiéta pas outre mesure. Pierre, de tempérament taciturne, le devenait de plus en plus. Un jour, il lui fit part de ses craintes. Son fils Michaël n'avait jamais prononcé une parole. Il avait à l’époque une dizaine d'années. Son ex, Carole, gravement dépressive, s'était suicidée bien avant qu'elle rencontre Pierre. Elle avait cru saisir que les problèmes d'autisme de l’enfant de Pierre ne provenaient que de sa mère. Jamais elle n'avait soupçonné que son mari ait pu lui transmettre quelques gènes délétères.
Mais, devant la sombre mine de Pierre quand il observait sa fille, elle comprit que lui en était persuadé. C'est à ce moment-là, après une discussion houleuse, qu'il lui fit part de ses doutes. Ils prirent rendez-vous chez plusieurs spécialistes, en commençant en toute logique par celui qui suivait Mickaël depuis sa naissance.
Leur fille vivait dans un monde qui lui était propre. Toutefois, elle communiquait parfaitement avec Chogan et avec le husky Goodboy - qu'ils avaient offert aux enfants pour leur dix ans - qu'elle arrivait à très bien contrôler alors qu'eux-mêmes, les parents, n’y parvenaient quasiment jamais. Il est vrai que Pierre, souvent absent, ne s'était guère occupé de son dressage, et qu'elle-même ne s'approchait que très rarement de l’animal, en cas d'absolue nécessité. Le souvenir qu'elle conservait de Psyko, le doberman de Pierre qu'il avait dû abattre pour lui sauver la vie était encore beaucoup trop cuisant dans sa mémoire pour qu'elle s'intéresse réellement aux chiens.
Cela dit, elle ne regrette pas cette décision. Il ne présente aucune hostilité, et n'a jamais eu à s'en plaindre.  Parfois, elle avait remarqué un éclair jaune dans son regard, cette fameuse lueur si redoutable dans l'oeil de Psyko. Mais elle avait dû se rendre à l'évidence. Cela ne devait être qu'un reflet du soleil couchant dans les prunelles de l'animal, et n'avait rien à voir avec le signe distinctif et si épouvantable de Psyko. À leur arrivée au Québec, un autre Husky s'était invité chez eux, mais malheureusement, ils l'avaient retrouvé mort dans la forêt, sans doute tué par un ours. Celui-là aussi avait été aussi un bon compagnon, et l'avait réconciliée avec la gent canine. D'où son acceptation à adopter Goodboy.
À tel point d'ailleurs qu'il est du voyage. Les jeunes gens n'auraient jamais voulu s'en séparer. Devant l'instance de Chogan à le prendre avec eux, elle a cédé. L'animal commence à se faire vieux maintenant, et n'aspire plus qu'à des jours tranquilles au coin d'un bon feu, se délassant d'une vie de chasse infatigable dans la forêt !
L'éclairage ambré de la carlingue, s'il lui repose le regard, ne le fait guère pour l'esprit ! Elle n'aurait pas imaginé que le fait de quitter le Québec la replonge avec autant d'insistance dans le marécage de ses réminiscences. Les jeunes gens ont fini de visionner le film et se sont endormis, tête l'une contre l'autre, comme la plupart des passagers. Par le hublot, le ciel pétille d'étoiles. Et plus l'avion file vers sa destination, plus les souvenirs qui se rattachaient à son ancienne existence sur le vieux continent se font pressants.
Elle revoit, comme si c'était hier, cette femme, ces terribles apparitions qui l'ont tant perturbée pendant des mois et qui ont failli lui coûter la vie. Héloïse, qu'elle croyait avoir oubliée à tout jamais, revient en force aujourd'hui. Cette femme dont Alex lui avait affirmé qu'elle était la réincarnation ! Cette découverte, obtenue par le psychiatre à la suite de régressions dans ses vies antérieures, avait démontré qu'il y avait  mille ans, Héloïse avait été emmurée vivante par son époux ! Cette ombre, cette main tendue, qui  s'était révélée à Zoé à l'époque où elle venait de rencontrer Pierre, s’était précisée avec une acuité croissante, voulant l'avertir d'un danger. Et cet homme Geoffroy, émanant des temps anciens, si redoutable et si violent lui était apparu au même moment. Quelle quête pour identifier ces personnages qu'elle seule pouvait observer, ces hallucinations si épouvantables qu'elle avait cru en perdre la raison ! Et sa démarche dans la petite église de Varengeville-sur-Mer, ce visage de pierre bienveillant qu'elle avait remarqué, mais dont elle ne parvenait pas à déterminer l'origine.
Enfin la rencontre affreuse dans la crypte de la cathédrale. Ses pas l'avaient conduit dans ce lieu, en recherchant cette statue qu'elle apercevait dans des flashes, ce fameux « Sourire de Reims », qu'elle avait retrouvé. Elle avait bien compris que quelque chose ou quelqu'un s’apprêtait à l'attaquer. Toutefois,  l'Ange signifiait aussi qu'on essayait de la protéger.
Mais surtout la terrible méprise, induite par la psychothérapie qu'avait exercée Alex sur elle pendant des mois, que Pierre était la réincarnation de Geoffroy, l'assassin d'Héloïse ! Et qu'il lui ferait subir le même sort.
C'était certainement la raison qu'Alex n'avait jamais eu envie de les revoir. Il avait sans doute eu conscience d'avoir orienté Zoé vers une piste désastreuse, même si les intentions de la soulager de ces peurs étaient sincères. C'est du moins ce que Zoé a toujours désiré croire. Elle ne peut imaginer encore aujourd'hui qu'Alex, le frère de Carole, en conséquence parent par alliance de Pierre, ait eu le dessein, à un moment donné, de leur nuire. Cette perspective était impensable.
Mais, s’il s’est bien avéré que Pierre n'était pas la réincarnation de Geoffroy et qu’il n'avait jamais voulu l'assassiner, par contre, même si aucune preuve ne pouvait étayer la thèse de la métempsycose de Goeffroy dans le corps de Psyko, l’animal avait bien tenté de la tuer. Et si Pierre n'était pas intervenu à l’instant critique où le chien lui prenait la gorge, elle ne serait pas là aujourd'hui en train d'y penser !
Quels moments terribles avaient-ils traversés ! Pierre et le mystère qui l'entourait à cette époque, dont elle avait compris qu'il ne cherchait qu'à la protéger en lui taisant son passé au Québec avec sa femme mentalement fragile et son fils autiste. Que de silences néfastes alors qu'ils auraient dû se côtoyer dans la transparence et la confiance !
Heureusement, tous ces secrets avaient été levés et leur nouvelle vie sur les rives du Lac à l’Eau-Claire leur avait fait oublier ces drames. Jusqu'à la découverte du mal de Yole qui les avait de nouveau plongés dans le désespoir. Mais, qui justement, à l'éclairage de son passé si tumultueux, lui permettait de soupçonner autre chose de bien plus diffus et bien plus sinistre que l'autisme attribué à la fillette !
Maintenant que Pierre n'était plus une entrave aux recherches qu’elle voulait faire depuis si longtemps, c'est une nouvelle quête qui va commencer dès son arrivée à Paris !